samedi 2 février 2008

Le mystère de la mère des petits chevreaux enfin révélé !

Vous connaissez tous l'histoire du loup et des chevreaux ?
Mais si, celle où le loup se fait gratter la gorge par le renard, puis aplatir la langue chez le forgeron, avant de s'enfiler un pot de miel et de plonger sa patte dans la farine pour pouvoir berner les petits chevreaux qui - pas c*ns ! - refusent de lui ouvrir la porte... ?

Bon, et bien ne vous êtes-vous jamais posé les questions suivantes :
- pourquoi les chevreaux n'ont-il qu'une mère ? le bouc, il fait quoi en attendant ?
- où la mère chèvre a-t-elle bien pu partir pour laisser ses chevreaux seuls ?

Béni soit le baby-sitting, puisque grâce à lui j'ai pu gagner de l'argent en période de vaches maigres avoir la réponses aux questions sus-formulées.

C'est tout simplement que la première partie du conte a été occultée !
En vérité, la mère est une chèvre chassée d'une maison parce qu'elle passait son temps à mentir en disant que ses bergers successifs étaient mauvais avec elle. Elle s'est donc réfugiée dans la forêt, mais a eu le temps de se faire briser une patte dans sa fuite (bin oui, le père de famille était très énervé).
Par la suite, elle a mis au monde ses chevreaux - je ne ferai aucun commentaire sur l'élision - ou l'oubli ??? - du passage "comment elle a attrapé des bébés dans la forêt" - et est partie de son home sweet home pour faire soigner sa patte. Notez la logique de la progression qui ne semble pas se soucier des contraintes temporelles du genre "un chevreau ça ne se fait pas en un jour".

Je passerai volontairement sur le fait qu'une fois qu'elle découvre le loup endormi parce qu'il a avalé ses petits, la chèvre que l'on sait lui ouvre le ventre d'un coup de corne à faire pâlir d'envie le plus habiles des chirurgiens (Christian de Nip/Tuck compris) puisque le méchant animal ne se réveille même pas.





Les contes pour enfants sont d'une stupidité sans nom, mais incroyablement instructifs.
Je prône leur perpétuation.
En plus ça fait s'endormir les petits monstres.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire